Image default
Retraite / Seniors

Guide sur la retraite des libéraux

La retraite est bien appréciable pour la liberté qu’elle offre, elle fait craindre aux personnes les plus timorées une chute vertigineuse de revenus. Cette peur est encore plus présente chez les libéraux, dont les revenus sont directement liés au chiffre d’affaires réalisé. Heureusement pour eux, il existe une retraite complémentaire.

Scindée en 10 sections, elle s’ajoute à la retraite de base et dépend de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAVPL). À noter que 70 % de la pension retraite des travailleurs indépendants est assurée par les complémentaires.

Principe de la retraite complémentaire des libéraux

800 000 cotisants et 200 000 pensionnaires ont opté pour ce régime de retraite. Assurant de bons revenus une fois la vie active terminée, c’est sans surprise qu’il a réussi à convaincre près d’1% des retraités français.

Ce qui attire en premier les regards, c’est sans aucun doute sa division en 2 parties distinctes :
• La retraite de base assurée par la CNAVPL.
• La retraite complémentaire obligatoire propre à chaque corps de métier.

Indépendantes sur les plans juridique et financier, les assurances vieillesses des catégories professionnelles valent le détour. À elles seules, elles génèrent près de 70 % de la pension retraite d’un libéral.

Les régimes spécifiques de la retraite complémentaire

Les cotisations se font en fonction de la profession exercée. Ainsi, une retraite dentiste sera reversée dans la CARCDSF et une retraite pharmacien ira dans les fonds de la CAVP.

En tout, il existe 10 caisses complémentaires propres aux professions libérales :
• la Caisse de Retraite des Notaires ou CRN
• la Caisse d’Assurance Vieillesse des Officiers Ministériels ou CAVOM
• la Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France ou CARMF
• la Caisse Autonome de Retraite des Chirurgiens-Dentistes et des Sages-Femmes ou CARCDSF
• la Caisse d’Assurance Vieillesse des Pharmaciens ou CAVP
• la Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Infirmiers, Masseur-Kinésithérapeutes, Pédicures-Podologues, Orthophonistes et Orthoptistes ou CARPIMKO
• la Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Vétérinaires ou CARPV
• la Caisse d’Allocation Vieillesse des Agents Généraux et des Mandataires non salariés de l’Assurance et de la Capitalisation ou CAVAMAC
• la Caisse de Retraite et de prévoyance des Experts-Comptables et des Commissaires aux Comptes ou CAVEC
• la Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d’Assurance Vieillesse ou CIPAV

Récupérer sa pension retraite

Au minimum 4 mois avant le départ en retraite, le professionnel doit se rapprocher de son organisation professionnelle pour déposer un dossier en bonne et due forme. RIB, acte de naissance, photocopie de son livret familial et une attestation sur l’honneur de la cessation d’exercice libéral en est les éléments constitutifs.

Si son dossier est complet, il percevra ses avoirs dès le 1er jour du trimestre suivant le dépôt.

Il est possible de déterminer le montant de sa pension en utilisant la formule Pension complémentaire = nombre de points cumulés durant la carrière × valeur annuelle du point.